Au niveau des paupières le processus de vieillissement agit de 2 manières :

  • Relâchement et affinement cutané responsables d’une ptose appelée dermatochalasis
  • Hypertrophie des poches graisseuses sous cutanées

Les blépharoplasties supérieure et inférieure sont fréquemment pratiquées afin de corriger ces modifications et de redonner au regard son pétillant. Ces techniques chirurgicales permettent, grâce à des incisions cachées dans les plis naturels des yeux, de retirer la peau et les poches graisseuses en excès.

Lorsque la paupière inférieure est sujette à de profonds cernes ou d’importantes vallées des larmes les poches graisseuses inférieures ne sont pas réséquées mais étalées vers le bas pour combler ces dépressions.

Lorsque la paupière supérieure est tractée vers le bas par une ptôse associée de la région temporale la blépharoplastie supérieure pourra être associée à un lifting temporal.

Lorsque la paupière inférieure est tractée vers le bas par l’ensemble des tissus de la joue l’intervention pourra être associée à un lifting centro-facial afin d’obtenir des résultats esthétiques non seulement de meilleure qualité mais aussi en harmonie avec le reste du visage.

Dans quels cas l’intervention peut-elle être indiquée ?

La blépharoplastie supérieure peut être indiquée lorsqu’il existe un dermatochalasis, associé ou non à une hypertrophie des poches graisseuses.

La blépharoplastie inférieure peut être indiquée lorsqu’il existe une hypertrophie des poches graisseuses, des cernes importants ou des vallées des larmes marquées, parfois associées à un excédent cutané.

Comment se déroule l’intervention ?

Les blépharoplasties supérieure et inférieure se déroulent en chirurgie ambulatoire (entrée quelques heures avant et sortie quelques heures après l’intervention). L’anesthésie est soit locale pure soit locale potentialisée (les anesthésistes administrent des produits relaxants au patient).

La cicatrice de la blépharoplastie supérieure se situe dans le sillon palpébral supérieur (pli naturel qui se forme lors de l’ouverture des yeux), elle est donc invisible lorsque les yeux sont ouverts et extrêmement discrète à partir du 3eme mois post opératoire lorsque les yeux sont fermés.

La cicatrice de la blépharoplastie inférieure peut être transconjonctivale (c’est à dire à l’intérieur de la paupière) lorsqu’il n’y a pas d’excédent cutané, sinon elle est sous ciliaire (2mm sous la ligne d’implantation des cils). Elle se fond dans les plis naturels de la paupière inférieure et devient quasi invisible 3 mois après l’intervention.

A la fin de l’intervention des compresses humidifiées avec du sérum physiologique glacé sont appliquées afin de réduire l’œdème.

Quelles sont les suites opératoires ?

Les suites opératoires ne sont pas douloureuses.
Il est conseillé de garder la tête légèrement surélevée et d’appliquer des compresses fraiches pendant la 1ere semaine.
Les cicatrices sont laissées à l’air, il faudra les nettoyer 2 fois par jour au savon doux puis appliquer un pommade afin qu’elles ne soient jamais sèches et que les croûtes puissent se ramollir et tomber seules.
Les fils sont retirés vers le 5eme jour post opératoire.
Si la voie transconjonctivale a été abordée des collyres ophtalmiques vont seront prescrit pendant 1 semaine.
Les cicatrices devront impérativement être protégées du soleil (écran total) pendant 1 an.

Quelles sont les principales complications possibles ?

La principale complication de la blépharoplastie supérieure est :

  • l’hématome sous cutané: consécutif à un saignement en post opératoire. Son traitement consiste, en fonction de son importance, soit en une évacuation par pression manuelle douce soit rarement en une reprise chirurgicale.

Les principales complications de la blépharoplastie inférieure sont :

  • l’hématome sous cutané : idem blépharoplastie supérieure.
  • l’ectropion (uniquement en cas de résection cutanée) : il fait suite à une cicatrice rétractile qui va attirer le bord libre de la paupière inférieure vers le bas. Le plus souvent il disparaît au décours du 3eme mois post-opératoire car la cicatrice s’assouplit. Lorsqu’il persiste il nécessite une reprise chirurgicale.

A partir de quand est-il possible d’apprécier le résultat esthétique de l’intervention ?

Il existe des ecchymoses péri-orbitaires pendant les 10 à 15 premiers jours.
L’œdème post-opératoire diminue progressivement jusqu’au 3 mois post opératoire.
Le processus de cicatrisation superficielle (peau) et profonde (poches graisseuses) évolue tout au long de la 1ere année post opératoire.
On peut donc dire que le résultat commence à s’apprécier à partir du 3eme mois post opératoire et se stabilise à 1 an.


Pour avoir des informations complémentaires vous pouvez lire la fiche «  chirurgie esthétique des paupières » rédigée par la Société Française de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique.