Plusieurs composantes peuvent être responsables d’une gynécomastie : hypertrophie des glandes mammaires masculines, hypertrophie du tissu graisseux sous cutané mammaire et perte d’élasticité cutanée.

Cette gêne peut apparaître dès la puberté (influence des imprégnations hormonales) ou bien lors de l’andropause (équivalent chez l’homme de la ménopause chez la femme).

La cure de gynécomastie est une intervention chirurgicale fiable qui permet de tirer un trait définitif sur ce complexe.

Dans quels cas l’intervention peut-elle être indiquée ?

L’intervention peut être indiquée (et ce dès la fin de la puberté) chez les patients qui présentent au moins un des éléments suivants : hypertrophie glandulaire, hypertrophie graisseuse sous cutanée et/ou perte d’élasticité de la peau.

Comment se déroule l’intervention ?

L’intervention se déroule en ambulatoire (entrée le matin et sortie le soir de l’intervention) sous anesthésie générale.
L’intervention associe à des degrés variables (en fonction de l’importance de la gynécomastie) : une lipoaspiration de l’excédent graisseux, un retrait de l’hypertrophie glandulaire (appelée « noyau glandulaire ») et une remise en tension de la peau.
Lorsqu'une lipoaspiration seule est pratiquée les cicatrices sont de trés petite taille (orifices d'entrée des canules de lipoaspiration), lorsqu'il est nécessaire de retirer le noyau glandulaire la cicatrice est autour de l’aréole (périaréolaire).
En fin d’intervention un pansement compressif  est confectionné par le chirurgien.

Quelles sont les suites opératoires ?

Les suites opératoires sont peu douloureuses (douleurs liées à la lipoaspiration à type de courbature) et bien soulagées par les antalgiques.
Le pansement compressif est retiré le lendemain ou le surlendemain de l’intervention et est relayé par un boléro de contention qu'il faut ensuite porter 6 semaines nuit et jour.
Les bas de contention sont à porter pendant 1 semaine après l’intervention (réduction du risque de phlébite).
Des soins de cicatrice simples (lavage à l’eau et au savon, désinfectant, pansement) sont à réaliser jusqu’à cicatrisation complète (environ 10 jours).
En cas de cicatrice périaréolaire es baignades prolongées sont proscrites pendant 2 mois (macération des cicatrices avec risque de troubles de la cicatrisation).
Vous pouvez reprendre votre activité quotidienne quelques jours après l’intervention mais il faudra éviter de porter des charges lourdes pendant 2 mois.
Dès le 1er mois il est conseillé de masser vos cicatrices afin de les assouplir et de les rendre moins visibles.
Les cicatrices devront être protégée du soleil (écran total ou vêtement) pendant 1 an.

Quelles sont les principales complications possibles ?

Les principales complications post-opératoires sont :

  • l’hématome : lié à un saignement en post-opératoire, une fois l’intervention terminée. Le signe d’appel est un gonflement mammaire douloureux à la palpation. Le traitement consiste (en fonction de l’importance de l’hématome) : à attendre que le corps le résorbe seul, à ouvrir la cicatrice sur quelques millimètres en consultation afin de lui permettre de se drainer, parfois à ré intervenir au bloc opératoire pour l’évacuer.
  • le sérome : il s’agit d’une collection de tissu lymphatique sous cutanée formant une poche liquidienne qu’il est aisé de ponctionner en consultation.
  • les troubles de la sensibilité des aréoles : quasi systématiques (liés à l'étirement des petites ramifications nerveuses terminales lors de l’intervention), ils sont totalement régressifs en 3 mois à 1 an.
  • les troubles de la cicatrisation : la qualité de la cicatrisation dépend bien sûr de la technique de suture chirurgicale mais aussi de la manière de cicatriser propre à chaque patient. Il peut arriver que les cicatrices périaréolaires masculines soient hypertrophiques (volumineuses ou pigmentées). Dans ce cas plusieurs traitements simples sont accessibles afin d’améliorer l’esthétique de la cicatrice (massage, pansements siliconés, injection intracicatricielle de corticoïdes).

A partir de quand est-il possible d’apprécier le résultat esthétique de l’intervention ?

Il existe des ecchymoses (faisant suite à la lipoaspiration) pendant les 15 premiers jours et un œdème mammaire pendant les 3 premiers mois post opératoires ( plus accentué lors du 1er mois).
Les cicatrices sont inflammatoires (rosées, chaudes, un peu en volume) les 3 premiers mois puis vont ensuite s’affiner et s’assouplir pour devenir quasi invisibles à 1 an. Le résultat esthétique de la cure de gynécomastie s’apprécie à 1 an post-opératoire (durée de la cicatrisation superficielle et profonde) mais un aperçu se dessine déjà à partir du 3eme mois.


Pour avoir des informations complémentaires vous pouvez lire la fiche « gynécomastie» rédigée par la Société Française de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique.