Plastie mammaire de réduction

Lors de la puberté il arrive que la croissance de la glande mammaire soit exagérée par rapport à la morphologie des patientes, on parle alors d’ « hypertrophie mammaire ». Cette hypertrophie peut être la source de plusieurs inconforts altérant la qualité de vie des patientes au quotidien : esthétique, douleurs dorsales ou cervicales, douleur liée au port du soutien gorge, pratique sportive difficile, sensation permanente de pesanteur.

La plastie mammaire de réduction est une chirurgie fiable et fréquemment pratiquée permettant à la fois de réduire le volume des seins et de les lifter pour leur donner un joli galbe.

Dans quels cas l’intervention peut-elle être indiquée ?

L’intervention peut être indiquée dès l’âge de 16 ans chez les patientes ayant une hypertrophie mammaire gênante.
Il est préférable d’attendre la stabilisation du volume mammaire (variations pondérales, grossesses) avant d’intervenir afin de pérenniser le résultat esthétique.

Comment se déroule l’intervention ?

L’intervention se déroule en ambulatoire (entrée le matin et sortie le soir de l’intervention) sous anesthésie générale.

3 cicatrices sont nécessaires à la réalisation d’une plastie mammaire de réduction : péri-aréolaire, verticale et horizontale (cachée dans le sillon sous mammaire).

En fin d’intervention un pansement compressif est confectionné par le chirurgien.

Quelles sont les suites opératoires ?

Les suites opératoires sont simples et peu douloureuses.
Le pansement compressif est retiré le lendemain ou le surlendemain et est remplacé par un soutien gorge de contention qu'il faudra ensuite porter 6 semaines nuit et jour.
Les bas de contention sont à porter pendant 1 semaine après l’intervention (réduction du risque de phlébite).
Des soins de cicatrices (lavage au savon, désinfectant, pansement) sont à réaliser jusqu’à cicatrisation complète (environ 1 semaine).
Les baignades prolongées sont proscrites pendant 2 mois (macération de cicatrice avec risque de troubles de la cicatrisation et de désunion cicatricielle).
Vous pouvez reprendre votre activité quotidienne normale quelques jours après l’intervention mais il est conseillé de ne pas porter de charge lourde pendant 1 mois.
Dès le 1er mois il est conseillé de masser vos cicatrices afin de les assouplir et de les rendre moins visibles.
Les cicatrices devront être protégées du soleil (écran total ou soutien gorge) pendant 1 an.

Quelles sont les complications possibles ?

Les principales complications post-opératoire sont :

  • l’hématome : lié à un saignement en post-opératoire, une fois l’intervention terminée. Il se manifeste par un gonflement mammaire unilatéral, douloureux à la palpation. Le traitement consiste (en fonction de l’importance de l’hématome) : à attendre que le corps le résorbe seul, à le ponctionner en consultation, à ouvrir la cicatrice sur 1cm pour lui permettre de se drainer, parfois à ré intervenir au bloc opératoire.
  • les troubles de la cicatrisation et les désunions cicatricielles : une fois le volume de la glande mammaire réduit, l’étui cutané est ajusté sur mesure afin de donner un joli galbe au sein. La tension exercée sur la peau peut parfois lâcher partiellement sur des zones de petites tailles, c’est ce que l’on appelle une « désunion ». Le traitement repose soit sur la cicatrisation spontanée par pansement soit par la mise en place de points de suture en consultation pour accélérer le processus de cicatrisation. Il est important de noter que les désunions cicatricielles n’ont pas d’impact sur le résultat esthétique final des cicatrices.
  • les troubles de la sensibilité des aréoles : quasi systématiques (liés à la section inévitable des petites ramifications nerveuses terminales lors de l'intervention), ils sont régressifs en 3 mois à 1 an.

A partir de quand est-il possible d’apprécier le résultat esthétique de l’intervention ?

Il existe un oedème mammaire les 3 premiers mois post-opératoires (plus accentué lors du 1er mois).
Les cicatrices sont inflammatoires (rosées, chaudes, un peu en volume) les 3 premiers mois puis vont évoluer jusqu’à la date anniversaire de l’intervention pour devenir fines et souples.
Le résultat esthétique final s’apprécie à 1 an (durée de la cicatrisation profonde et superficielle) mais un aperçu se dessine déjà au 3eme mois.


NB : Il est important de savoir que la plastie mammaire de réduction n’affecte en rien les possibilités ultérieures d’allaitement.

Pour avoir des informations complémentaires vous pouvez lire la fiche «  plastie mammaire de réduction » rédigée par la Société Française de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique.